>

Vous avez UNE QUESTION ?

 

Nous sommes à votre écoute pour tous conseils et informations, par téléphone ou par mail. N’hésitez-pas ! 

 

Nous sommes joignable du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h.

 

02 96 93 37 89
NOUS ÉCRIRE

La coupe menstruelle Claricup à la loupe 

Qu’est ce qu’il y a dans mes protections hygiéniques ? C’est une question que de plus en plus de femmes se posent, et pourtant il est parfois bien difficile de savoir ce que l’on met en contact avec son vagin 5 jours par mois, tous les mois, pendant 30 à 40 ans. Comment est-ce possible ? Où trouver la bonne information ? Et une fois qu’on connait la composition, comment s’assurer qu’elle est sûre pour notre santé ?

Beaucoup de femmes ont commencé à utiliser une coupe menstruelle, en pensant qu’en plus d’être pratique, écologique et économique, le silicone d’une cup a l’air a priori plus sûr que la cellulose de bois blanchie contenant des perturbateurs endocriniens et des pesticides qu'on trouve dans les tampons et serviettes. Mais est-ce vraiment le cas ?

 

Un récent rapport de l’ANSES le confirme : on trouve des traces de composés chimiques dans les protections intimes classiques (tampon, serviette, protège slip)

La nouvelle est tombée le 19 juillet 2018 : pendant 2 ans, l’ANSES (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a mené des études sur la composition des protections hygiéniques classiques, et la liste des composés « préoccupants » est effarante : dioxyne, pesticides, phtalates, parfum allergène… autant de composés que la communauté scientifique soupçonne d’effets cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques.

Il est possible que ces substances soient apportées par la matière première (par exemple les pesticides dans le coton) ou par les procédés de fabrication (le blanchissement des fibres par des dérivés chlorés provoque la formation de dioxine).

Heureusement, l’ANSES affirme que ces substances sont en trop faible quantités pour être dangereuses. Mais elle recommande quand même de modifier les procédés de fabrication pour diminuer les risques de contamination ET de mettre en place une réglementation qui permettrait de mieux encadrer les protections intimes.

 

Malgré l’amalgame parfois fait dans les médias, aucune étude de composants chimiques n’a été faite sur les coupes menstruelles pour l’instant, car les analyses sont plus difficiles à faire (on y revient plus tard).

 

Comment savoir ce qu’il y a dans la coupe menstruelle Claricup ?

Ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas attendu l’ANSES pour nous poser la question !

 

  • Garantie n°1 :  Déjà, il y a ses principaux composants : du silicone médical antimicrobien USP Class VI et des colorants pharmaceutiques. Ces deux matières premières ont passé tous les tests de biocompatibilité des Dispositifs Médicaux : si ça nous chantait, on pourrait en faire des implants chirurgicaux !

 

  • Garantie n°2 : Comme le mentionne l’ANSES, les matières premières sont importantes mais aussi les procédés de fabrication : ils peuvent contaminer le produit si ils ne sont pas bien contrôlés. En appliquant la norme ISO13485 à notre Système de Management de la Qualité, nous vous offrons la garantie que chaque étape de fabrication, de transport, de conditionnement et de stockage est conçue et contrôlée comme pour un Dispositif Médical, ce qui permet de limiter au maximum les risques de contamination involontaire.

 

  • Garantie n°3 : C’est bien beau de contrôler, mais une fois le produit fabriqué, comment être sûr de chez sûr qu’il n’y a rien de dangereux dedans qu’on aurait pas prévu ? Deux types de test permettent de s’assurer que l’on met un produit sain et sûr sur le marché : les tests de biocompatibilité, et les tests d’extractibles.

Les tests de biocompatibilité effectués sur la Claricup sont les mêmes que ceux qui ont été fait sur les matières premières. 3 paramètres sont testés : la cytotoxicité, la sensibilisation et l’irritation. Ils permettent de savoir si un produit provoque une réaction une fois mis en contact avec le corps. C’est officiel : la Claricup a passé haut la main tous ces tests, elle est donc biocompatible !

 

Les tests d’extractibles permettent de savoir exactement quels composants chimiques sont dans les produits. Ce sont les tests que l’ANSES a des difficultés à faire sur les coupes menstruelles. On le sait parce qu’on a eu les mêmes problèmes quand on les a fait sur la Claricup ! Le principe est simple : on plonge un produit dans différents solvants (eau, alcool…) pendant au moins 24h. Chaque solvant permet d’extraire différents types de molécules du produit. Ensuite, on évapore et analyse chaque extraction. Le problème, c’est que le silicone a tendance à se dissoudre dans certains solvants… difficile dans ces cas là d’analyser quoique ce soit ! Mais à force d’essais (et grâce à notre super Chef de Projet R&D qui a un Doctorat en Biomatériaux), nous avons réussi à mettre en place un protocole qui nous permet de vous dévoiler la composition exacte de la Claricup :

 

Dans la Claricup, il n’y a pas de : (attention, concours de diction !)

  • Bisphénol A
  • Nonylphenol
  • 4-Heptylphenol
  • Nonylphenol diethoxylate
  • 4-tert-Octylphenol
  • 4-tert-Octylphenol monoethoxylate
  • Bis(2-ethylhexyl)phthalate
  • Benzyl butyl phthalate
  • Bis(2-methoxyethyl)phthalate
  • Dipentylphthalate
  • Diisopentyl phthalate
  • Di-n-hexyl phthalate
  • Métaux lourds (Antimoine, Arsenic, Cadmium, Cuivre, Mercure, Nickel, Plomb, Manganèse, Etain)
  • Chlore

Dans la Claricup il y a :

  • De la Silice (la base du silicone)
  • De l'Argent (l'agent antimicrobien)
  • Du Platine (ce qui accélère le durcissement du silicone pendant la fabrication)
  • Des colorants pharmaceutiques (rien de surprenant ici)

Voilà, vous savez tout !

Pourquoi tout le monde ne fait pas la même chose ? Parce qu’aucune réglementation en Europe ne les y oblige.

En Europe, dans le domaine de la santé, il existe 3 grandes catégories de produit, qui ont chacune leur réglementation :

  • Les Médicaments ont la réglementation la plus drastique. Ils agissent sur une maladie grâce à une molécule ou une combinaison de molécules.
  • Les Dispositifs Médicaux vont de la lingette stérile à la prothèse de hanche, en passant par les préservatifs. Leur mode d’action est différent des médicaments : les DM ont une action mécanique sur une maladie (une plaie à nettoyer, une infection sexuellement transmissible à éviter).
  • Les Cosmétiques ne sont pas là pour soigner une maladie, mais pour nettoyer, améliorer l’aspect, parfumer ou maquiller la peau et les cheveux.

Quand on regarde ces 3 catégories, ça nous paraitrait logique de mettre les tampons, les serviettes et les coupes menstruelles dans la catégorie des Dispositifs Médicaux. Et pourtant… Les règles n’étant (heureusement) pas une maladie, en Europe, les protections hygiéniques ne rentrent dans aucune de ces 3 catégories. Elles sont donc réglementées comme un produit de consommation courante… un stylo bic, par exemple.

D’autres pays sont allés plus loin que l’Europe : les USA, le Canada, le Japon ou le Mexique ont une réglementation différente : comme ce sont des objets qui restent en contact prolongé avec les muqueuses vulvaires et vaginales (qui, on le rappelle, laissent passer encore plus de molécules dans le sang que la peau), les protections hygiéniques sont classées dans la catégorie des Dispositifs Médicaux. 

Qu’est-ce que ça change ? TOUT !

En Europe, le manque de réglementation veut dire que rien n’oblige les fabricants à afficher la composition de leurs produits, ni à prouver la sécurité des composants. En matière de protections hygiéniques, les femmes européennes sont donc moins protégées que (presque) partout ailleurs dans le monde.

 

Heureusement, les choses sont en train de bouger : une des conclusions principales du rapport de l’ANSES est qu’il est nécessaire d’encadrer les protections intimes par une réglementation européenne, une conclusion avec laquelle nous sommes évidemment en accord total.  Et nous sommes fières de confirmer que nous sommes le seul fabriquant de coupe menstruelle à avoir répondu à leurs questions dans le cadre de leur enquête, en toute transparence, pour notre sécurité à toutes.

Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris