>

Vous avez UNE QUESTION ?

 

Nous sommes à votre écoute pour tous conseils et informations, par téléphone ou par mail. N’hésitez-pas ! 

 

Nous sommes joignable du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 18h.

 

02 96 93 37 89
NOUS ÉCRIRE

Démangeaisons intimes, quelles causes et quelles solutions pour les soulager ?

 

Vous avez le vagin chafouin ? La vulve qui brûle ? L’abricot couleur coquelicot ? Les parties intimes qui s’abiment ? La région gynécologique qui pique ? Bref, vous avez la chatte qui gratte et vous ne savez pas d’où ça vient, mais votre vulve ne va pas bien. Trève de poésie, toutes les réponses à vos questions dans cet article !

 

Les démangeaisons aux parties intimes, aussi appelées prurit vulvaire, sont très fréquentes. En effet, près d’une femme sur 5 connaitra une irritation intime1 durant plus de 3 mois au cours de sa vie. La zone intime est caractérisée par une variété de peaux différentes : certaines avec des poils, d’autres sans, l’entrée du vagin n’a même pas la couche protectrice supérieure qu’on retrouve sur la peau, c’est donc une muqueuse qui est encore plus sensible. La zone intime peut donc être irritée assez facilement…

Allergie ou irritation de contact

Avez-vous changé de marque de protège-slip ou de lessive récemment ? C’est peut être la cause de la rougeur et des démangeaisons que vous avez. Il faut parfois quelques jours de contact pour qu’une irritation se développe, alors si vous avez changé vos habitudes dans les derniers jours, changez de produit pour vérifier que ce ne sont pas vos nouveaux sous-vêtements qui provoquent ces irritations.

De manière générale, préférez des culottes en coton et pas trop serrées, ce qui permet de mieux évacuer la transpiration et d’éviter les irritations, et évitez les produits parfumés (lingettes, savon, serviette, lessive…), car les parfums sont souvent sources d’allergies. Pensez-y si vous utilisez des serviettes hygiéniques parfumées et que vous avez systématiquement des irritations pendant vos règles ! (plus d’infos ici)

Poux du pubis

Qu’on appelle aussi morpions ! On vous rassure tout de suite, en avoir n’est pas un signe de mauvaise hygiène, car le poux du pubis s’accroche très bien à la peau avec ses pinces (ce petit insecte microscopique ressemble à un crabe). Il se transmet par contact direct avec une personne infectée, mais aussi via des draps, serviettes de toilette ou vêtements usagés (attention pendant les essayages de maillot de bains ! Gardez toujours vos sous-vêtements).

Les symptômes sont des démangaisons (plus fortes encore la nuit) causées par les piqûres, lesquelles apparaissent rouges puis gris-bleu.

Il est très simple de s’en débarrasser : une voire deux applications d’un shampooing prescrit par votre médecin suffisent. Pour éviter toute récidive, il est important d’informer vos partenaires sexuels récents et de nettoyer votre literie et vos sous-vêtements à 90°C.

Mycose vaginale

Une mycose vaginale est très souvent causée par un champignon : le Candida albicans. Ce champignon microscopique fait naturellement partie de la flore vaginale, ce petit monde de bactéries et de levures qui colonise le vagin et lui permet d’être en bonne santé. Mais parfois, un traitement antibiotique ou une hygiène intime trop aggressive peuvent perturber la flore vaginale et alors le Candida albicans prolifère trop, ce qui provoque des démangaisons et des pertes vaginales blanches sans odeur.

Pour soulager ces symptômes, des antifongiques locaux sont disponibles sans prescription en pharmacie, ce qui peut être utile si vous vous savez sujette aux mycoses à répétition.  Néanmoins, seul un médecin pourra vous confirmer avec certitude que vous souffrez bien d’une mycose et éventuellement faire un prélèvement pour identifier le germe précis et le traitement le plus adapté.

Sécheresse vaginale

La sécheresse vaginale, source d’irritations et de gêne plutôt que de démangaisons, est fréquente chez les femmes ménopausées, mais la ménopause n’est pas la seule cause de la sécheresse vaginale. Une hygiène intime trop agressive, les suites d’une grossesse ou à cause de la prise de certains médicaments (antidépresseurs, antihistaminiques…), une sécheresse vaginale peut apparaitre. D’ailleurs près de 55% des femmes en souffrent au cours de leur vie² !

Si c’est le seul symptôme que vous avez, vous pouvez vous contenter d’une solution locale : les lubrifiants (qui ont une action immédiate mais courte) et les gels hydratants (qui ont une action plus longue) seront vos meilleurs amis ! Vous pouvez vous les procurer en pharmacie, avec ou sans prescription. En revanche, si la sécheresse vaginale s’acompagne de bouffées de chaleur, ou de règles anarchiques, vous entrez peut être en pré-ménopause… il est alors important d’en parler et de se faire accompagner par un professionnel de santé qui saura vous guider dans cette nouvelle étape de votre vie intime.

 

On le sait, ces démangeaisons et irritations sont parfois difficiles à gérer… alors que des solutions existent ! Le plus important est d’en parler avec un professionnel de santé, qui saura vous aiguiller dans la bonne direction.

 

 

1 C.K. Stockdale, L. Boardman, « Diagnosis And Treatment Of Vulvar Dermatoses », Clinical Expert Series,  2018 Feb, 131(2) : 371-386.

² SOGC Clinical Practice Guidelines, « The Detection And Management Of Vaginal Atrophy », International Journal of GYnecology and Obstetrics, 2005, 88, 222-228.

Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris